(blogs)

Les Compléments Dethan

Le Chat Noir

Z'humeurs

Fraizochocolat

Un petit coin de banquise

Plants de patates

l'Atelier de Nelene

Le Mange-Rêves

What's Up Doc

Confiture aux trois petits fruits

Blog Opératoire

Brouillaminis

Vagabondages

Marion's Dream

A nice slice of Tororo shiru

Vehlmann

La tête dans les étoiles

L'Etang de Kaeru

Maëster

X-Ael's Sanitarium

Darkitty

Zimra

Obion

Croquer la vie

Bouletcorp

Politburo

Rainy Days

StudioBrou

Bellaminettes Blog

Wing - La grotte

L'actu en patates

L'araignée au plafond


(en anglais)

Japonisme

Haute Macabre

Audrey Kawasaki

 

 

Dimanche 07 Juillet 2019 - - Votre père vous battait-il?
- Jamais. Parfois j'aurais préféré. Quand il était fâché, il agissait comme si j'étais devenu invisible, et tout le monde dans l'oustal devait faire de même.... Vous ne pouvez pas imaginer l'effet que ça peut faire. Une fois, ça a duré quatre jours. Quatre jours terribles. J'allais parler aux chiens, aux chevaux, aux lézards de la crypte.
M. Folco

::14h50:: Le collage de juin. Parfois je démarre dans une direction avec une idée en tête et je tergiverse des plombes et y'a rien qui va. C'est ce qu'il s'est passé avec celui-ci, c'est pour ça qu'il est en retard. A la dernière minute, j'ai choisi de faire quelque chose de totalement différent et c'est comme ça qu'il s'est débloqué.

::14h50:: Je présente aujourd'hui Dieu et nous seuls pouvons, de Michel Folco. Le roman est en deux parties: la première raconte la naissance au moyen-âge de la fonction de bourreau, qui échut à un gars qui n'avait rien demandé et qui fonda par la suite une famille qui perpétua ce rôle, et la seconde ce qui est advenu de cette famille au temps de Victor Hugo au moment où la lutte pour l'abolition de la peine de mort faisait son entrée dans la société.

Ce que j'ai aimé:
Le ton détaché et pince sans-rire qui permet de faire passer des scènes dramatiques et cruelles sans tomber dans le pathos, et de s'attacher à cette famille bizarre et ses personnages opiniâtres.
Le mélange entre histoire (le roman est très bien documenté) et aventure en fait un récit passionnant qui aborde des thèmes complexes, et qui parle plus de manière de rendre la justice que de mort.
Le roman réussit à créer un paradoxe amusant, on peut être résolument contre la peine de mort et pourtant souhaiter que cette famille s'en sorte et continue de faire ce qu'elle sait si bien faire: exécuter des gens. ^^

Ce que j'ai moins aimé:
Pratiquement rien en fait, parfois c'est un peu frustrant parce qu'on aborde plein de personnages différents qu'on aimerait suivre plus longtemps. Mais à part ça j'ai vraiment beaucoup aimé. M. Folco a écrit d'autres romans dans la même veine et j'ai hâte de me plonger dedans!

 

Mardi 25 Juin 2019 - Une fois de plus, il ressentit la caresse des choses silencieuses et sembla percevoir furtivement le tableau figé et tranquille du futur, longtemps après sa propre mort. Hope Mirrlees, Lud-en-brume.

::19h02:: Moisson de liens:

Video/danse: I won't complain. Je sais pas combien de fois j'ai regardé ce truc. *3* J'adore cette sublime chanson de Benjamin Clementine et elle est encore plus fascinante avec cette chorégraphie de Larkin Poynton et ces danseurs de Chibi Unity. Une merveille.

Video/danse: I'm Gay - Eugene Lee Yang. Sur une musique de Odesza, Eugene crée une video émouvante et tragique, parfaitement mise en scène et chorégraphiée pour un message essentiel.

Edouard Martinet fait des sculptures magnifiques en bouts de métal récupérés qui une fois assemblés se transforment en animaux (poissons, oiseaux et insectes) rutilants.

A télécharger, les superbes affiches style rétro de la Nasa pour vos futures destinations touristiques: 51 Pegasi b, Titan, Kepler 186-f...

Strange Remains, pour les fans d'histoires vraies bizarres et horrifiques (en anglais).

Ocean-teabag, les plus beaux sachets de thé du monde, qui sont aussi des oeuvres de papercraft (en japonais). Ils ont même des poissons préhistoriques comme le coelacanthe et le dunkleosteus!

Fluvio Rinaldi, un peintre qui n'a pas son pareil pour évoquer le mystère et la mélancolie grâce à ses tableaux d'ombres portées et d'objets abandonnés.

Et pour finir de très beaux sites d'illustrateurs-ices japonais-es:
Toshiyuki Fukuda
Tomoko Suzuki
Kotori Neiko
Yuka Yorii

::18h38:: Erf ça va être compliqué de tenir mes critiques littéraires. Depuis la dernière fois j'ai lu 5 livres de plus (!) dont une autre énorme saga de fantasy (merci Lisa qui me les a prétés). ^^; Je les ajoute à ma liste de livres lus (ceux qui sont barrés sont ceux dont j'ai déjà parlé):

- Reine de Cendre T1 (Erica Johansen)
- La Chûte de la Maison aux Flèches d'Argent (Aliette de Bodard)
- Les Seigneurs de Bohen (Estelle Faye)
- Lud-en-Brume ( Hope Mirrlees)
- Les Larmes d'Artamon (3 tomes- toute la saga) (Sarah Ash)
- Metro 2033 (D. Glukhowsky)

- Le Royaume de Tobin (3 tomes-toute la saga) (L. Flewelling)
- Les Victorieuses (L. Colombani)
- Dieu et nous seuls pouvons (M. Folco)

Lud-en-brume de Hope Mirrlees a été écrit en 1926, on est ici dans l'essence même de ce qui a donné naissance à la fantasy, puisque l'autrice était contemporaine de Tolkien. Ce livre étant considéré comme un classique de la littérature anglaise, je trouve incroyable qu'il ait fallu tant de décennies pour qu'il soit traduit en français (Editions Callidor, 2015).

Ce que j'ai aimé: le ton poétique, caractéristique des écrivains anglais de cette époque et le récit mêlant réalisme (il s'agit d'une enquête policière) et merveilleux. Les descriptions de la campagne anglaise et les scènes inspirées du folklore. L'atmosphère unique et déroutante où les personnages sont confrontés à des mondes (en l'occurence, le monde de féérie) qu'ils ne comprennent pas mais qui les hypnotise. Le fait que le personnage principal qui est une sorte d'archétype de l'anglais tranquille et conservateur soit obligé de se remettre en question et de considérer le surnaturel qui fait intrusion dans sa vie.

Ce que j'ai moins aimé: ...rien? Je suppose qu'on peut reprocher au récit d'être peu structuré, décousu et fantasque, mais ça participe tellement de l'ambiance que ça ne me parait pas être un défaut. On sort de ce livre comme d'un songe, en se disant "c'était étrange", mais en souhaitant secrètement y retourner, entendre la Note et goûter aux fruits féériques.

::16h41:: Ca va mieux. Le début d'année a été catastrophique mais depuis fin mai j'ai l'impression de ne plus crouler sous les mauvaises nouvelles - *croise les doigts*, je ne suis plus perpétuellement à supplier ma banque de ne pas fermer mes comptes + j'ai des perspectives d'avenir (même si c'est long à se mettre en place).
Fin mai j'ai enfin pu mettre un terme à cette histoire usante de planches perdues par la Galerie Huberty. Après des dizaines de mais sans réponse, un post vaguement menaçant d'un proche (qui est aussi auteur) sur Facebook les a fait plier: 2 jours après je recevais un virement correspondant au prix des planches du triptyque Thiéfaine. Je n'en revenais pas. Le virement m'a bien soulagée, en plus de renflouer mon découvert j'ai pu payer des dettes et même m'acheter des livres et du washi tape. XD
Bon, je ne saurai jamais ce que sont devenues ces planches, mais je considère l'affaire comme close.

La semaine dernière j'ai été convoquée au tribunal (tribunal pour enfants) pour l'audience du gars qui avait volé et détruit ma voiture en août 2017 (et qui était mineur au moment des faits) (j'en ai vaguement parlé ici, voir les archives). J'étais très stressée avant d'y aller, je n'avais jamais mis les pieds dans un tribunal et c'était assez impressionnant. Il y avait en "haut" un juge, une procureure, 3 jurés, une greffière, et en "bas" le prévenu, 3 policiers, une psychologue, la maman de l'accusé, 2 étudiantes en droit, et moi. Le vol de ma voiture n'était pas la seule affaire qui concernait ce prévenu à ce moment-là, 3 autres délits ont été examinés en même temps.
Le juge m'a demandé si je voulais m'exprimer et j'ai juste dit que bien plus que le vol de la voiture c'est les risques que cette personne avait pris en conduisant ivre et sans permis qui m'avaient affectée (ce qui est vrai, je n'ose même pas imaginer que ma voiture serve à blesser qqn et je remercie le ciel que seule la voiture ait été cassée). Le gars s'est retourné vers moi et a dit "je m'excuse", ce que j'ai apprécié.
A ma grande surprise mes arguments ont été repris par la procureure, à la fin.

J'ai trouvé ça intéressant (le juge était plutôt bienveillant, il n'y avait pas d'accablement ni de menace) mais aussi très triste, parce que cette personne avait surtout l'air de quelqu'un qui n'avait pas eu de chances dans la vie et une famille qui ne pouvait pas s'occuper correctement de lui. J'ai aussi ressenti de la compassion pour sa mère qui était visiblement dépassée par les événements. Ca m'a fait beaucoup relativiser les difficultés de Jojo avec ses notes et ses révisions! -_-;
Dans la même semaine justement il y a eu le bac de français et de sciences de Jojo, l'atelier Plan B qui pendait sa crémaillère, j'ai fait un déplacement à Paris qui n'était pas du tout prévu, pour une rencontre pro qui s'est bien passée, et le samedi une chouette rencontre BJD chez Lisa, dans son jardin avec une douzaine d'autres collectionneuses. Bref j'ai vu beaucoup plus de monde cette semaine-là que les 3 mois avant combinés. XD

 

Samedi 11 Mai 2019 -

... Le temps était couleur de pêche.
Sur le Saleys qui dort
Un oiseau d’émeraude et d’or
Fila comme une flèche.

Toulet

::16h50:: Le collage de mai. Les fleurs séchées (des brins de muguet qui ont poussé l'an dernier et qui viennent du jardin de mes parents) sont protégées par une fenêtre de rhodoïd.

::16h02:: Suite de mes critiques littéraires, cette fois je m'attaque aux Larmes d'Artamon, de Sarah Ash, une bonne grosse saga fantasy de 3 tomes bien épais, pas super récente (ça date de 2005) mais dont je n'avais jamais entendu parler avant que ma copine Lisa ne me les prête. J'ai dévoré cette histoire, j'ai même dû me réfréner pour la faire durer un peu car je lisais trop vite!

Ce que j'ai aimé:
- le contexte: ce n'est pas de la fantasy médiévale, ça se passe dans un genre d'époque factice style sous Napoléon et la Russie des Tsars.
- l'action: ça ne s'arrête jamais. Les personnages sont tout le temps sous pression, se déplacent sans arrêt, bref, pas de temps mort ce qui contribue au fait que c'est dur à lâcher.
- le héros, qui démarre blindé de clichés (ho personne ne te l'avait dit mon fils mais en fait tu es le fils d'un roi et tu as hérité de ses pouvoirs blablabla *soupir d'exaspération*) mais qui à force d'être malmené de partout devient attachant.
- le fait qu'on suit un bon moment les aventures de... la mère du héros. Toute seule. Fait qui reste assez rare en fantasy, et très appréciable vu qu'elle a un rôle diplomatique important dans l'histoire.
- L'ennemi du héros, qui est à la fois un tyran puissant et un type qui fait plein d'erreurs, plutôt bien écrit. Et il s'appelle Eugène. ^^
- Un bon équilibre entre conflits/guerres, errances, romances, introspections, magie: c'est agréable à lire.

Ce que j'ai moins aimé:
- Les drakhaons (sortes d'esprits qui prennent possession des gens et les transforment en dragons sanguinaires) ne sont associés qu'à des personnages masculins, et leurs victimes sont toutes des jeunes filles/enfants. Y'a aucune raison à ça si ce n'est qu'ils veulent du "sang innocent", raison que je trouve incroyablement douteuse. C'est aussi une grosse occasion manquée de créer un personnage féminin drakhaon, ça aurait eu de la gueule au moins.
- La religion, qui est très mal amenée (au début on ne sait même pas en quoi les gens croient et pouf d'un coup tu apprends qu'il y a une église, qui ressemble au christianisme, et... rien d'autre, à part le mysticisme shaman) + elle ne sert finalement qu'à créer un adversaire de plus à la fin, avec les inquisiteurs.
- Tous les personnages sont hétéros et c'est quand même franchement triste, sachant qu'une bonne partie des persos sont de fringants jeunes soldats, come on Sarah, you disappoint me. Même chose entre le héros et son "ennemi juré" qui finissent par s'estimer, gros gros potentiel gâché.
- Tous les personnages sont blancs et blonds comme si c'était trop dur d'imaginer une Europe factice avec des peuples qui se mélangent. *gros soupir*
- Il n'y a pas de personnage agissant "ordinaire". Ce sont tous soit des nobles avec leurs problèmes de familles nobles *tousse*, soit des savants/alchimistes/shamans super forts. Les "petites gens" font partie du décor.

En bref: ça se lit super bien et j'ai passé de bons moments. Il y a des facilités dans le scénario, et je n'ai pas été emballée par la partie mystique qui mélange shamanisme et magie, mais j'ai bien aimé les intrigues politiques et les personnages qui doutent, coincés entre devoir et passion.

Travaux récents /disponibles et en cours/ à venir:

Rêve de Dragon - Jeu de rôle par Scriptarium

Goodies (tablier, posters, cartes postales) pour le Fannibal Fest de Toronto / Hannibal

Ravage Anthology - Hannibal - crowdfunding.

Calendrier Refuge CEDAF